• Lecture : Atlas d’un homme inquiet, de Christoph Ransmayr

     

    Les histoires ne se produisent pas. Des histoires sont racontées. C'est par ces mots que Chrisoph Ransmayr présente les 70 descriptions de voyage rassemblées dans le volume "Atlas d'un homme inquiet". Il s'agit (à une exception près) de descriptions de voyages que l'auteur lui-même a entrepris et dont il prétend que quelqu'un d'autre aurait pu les écrire également, il suffit d'oser se rapprocher de l'étranger. Je voudrais cependant mettre en doute cette affirmation et contredire le fait que la base de telles descriptions est avant tout un esprit large et une vigilance des sens, qui absorbent tout ce qui les entoure, le stockent et le complètent linguistiquement avec une énorme volonté créative.

    Encore et toujours, en écoutant les récits artistiquement arrangés et pleins de leitmotivs, qui ne manquent jamais de fil conducteur, je me suis demandé comment Ransmayr parvenait à capturer des impressions aussi vives au cours de ses voyages. Le peintre peut se contenter d'un appareil photo, mais comment Ransmayr a-t-il pu capturer des impressions dans la neige, sur la Grande Muraille de Chine ou dans le gel ?

     

     

     

    Non, ces merveilles de prose n'auraient en aucun cas pu être écrites par quelqu'un d'autre, et j'anticipe mon jugement personnel en disant que je nommerais ce volume du même souffle que les livres de W.G. Sebald. Il combine un énorme intérêt pour les préoccupations humaines et la nature, mais aussi un incroyable degré de maîtrise du langage.

     

    Ceux qui aiment voyager aimeront ce livre car il leur donne une vision exemplaire non seulement du monde mais aussi de l'état d'esprit du voyageur idéal ; mais ceux qui se contentent de découvrir le monde avec le doigt sur la carte n'en auront pas moins pour leur argent s'ils ont le goût de la prose magistrale - et comme c'est rare.

    La première chose qui me frappe est la qualité souvent musicale des mots et des structures de phrases que Ransmayr semble presque composer. Quiconque écoute la façon dont Ransmayr lui-même récite ses textes conviendra certainement avec moi que c'est un plaisir d'écoute et donc un appel aux lecteurs à lire les textes à haute voix, à les laisser sonner

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 25 Février à 09:07

    Bonjour,

     

    je vous remercie pour l'article.

    En espérant que le Covid ne désespère pas nos petits écoliers.

     

    Bien cordialement,

    Healfit Shop

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :